LUNE SORCIERE

Entrez dans le Cercle de la » LUNE SORCIERE »

LUGHNASAD 1ER AOUT……

Classé dans : RITUELS — 24 juin, 2008 @ 10:48

Lughnasad veut dire « l’Assemblée de Lug » dressée, dans les légendes, en l’honneur de la Terre-Mère pour ses dons aux hommes notamment. Par ailleurs Lugh est le Dieu Solaire aux attributs royaux. C’est aussi un dieu Trinitaire dont le Triban est un des symboles.

LUGHNASAD 1ER AOUT...... dans RITUELS 0806241146543798179


On trouve aussi une autre appellation à cette fête : Lammas.
C’est une fête paysanne majeure car elle marque le temps de la récolte et des moissons en plein cœur de l’été. Traditionnellement cette fête était présidée par les Rois et Seigneurs. Elle était très répandue parmi les populations celtiques, de l’Irlande en passant à la Gaule, et même jusque parmi les Germains.

C’est un moment très joyeux où se mêle à la solennité du moment, réjouissance, musique, danses, jeux…

En tant que première fête après le solstice, elle marque les débuts de la descente vers l’Automne. Mais c’est malgré tout un jour lumineux, ou chacun profite du fruit de son travail et de son labeur, où chacun constate l’avancée de son évolution et peut en jouir. C’est la Fête du Don, de la Richesse sur tous les plans, où l’on offre, reçoit, partage …

Lughnasad marque réellement un temps de quiétude, de pérennité de la Vie et de constance.

Préparatifs et matériel


Papiers, crayons
Un pain, qui sera consacré, un pain maison est bien entendu parfait pour l’occasion
Décoration et encens, en fonction de votre inspiration.
Chaudron

Rituel d’ouverture


Procéder comme habituellement pour l’érection du cercle et l’évocation des Seigneurs des tours de garde. Avant l’invocation des divinités la prêtresse dit :

« C’est le temps de Lugh, le roi-soleil qui meurt avec l’année décroissante, le roi-maïs mourant quand les grains sont récoltés. Nous nous tenons entre l’espoir et la peur, en un temps d’attente. Dans les champs, les grains sont fauchés mais pas encore engrangés. Nous avons travaillé dur pour mener beaucoup de choses à leur accomplissement, mais la récompense n’est pas encore certaine. Aujourd’hui la Mère devient la Faucheuse, l’Implacable qui se nourrit de la vie pour qu’ une autre vie puisse grandir. La lumière diminue, les jours raccourcissent, l’été passe. Nous sommes rassemblés pour tourner la Roue, sachant que pour récolter nous devons sacrifier, et la chaleur et la lumière doivent s’éteindre dans l’hiver. »


Rituel de Lughnasad


La prêtresse s’agenouille devant le prêtre et lui donne un quintuple baiser, ensuite elle invoque le Dieu dans le corps du prêtre :

Je t’invoque et je t’appelle O Roi de l’été, ta puissance a grandi dans les heures chaudes des derniers jours et ta chaleur a fait mûrir les grains et les fruits.


La prêtresse place ses mains sur le plexus solaire du prêtre :

Par la lumière qui baigne la terre
Par la chaleur qui mûrit les récoltes
Par la joie que tu mets en nos cœurs
Je t’invoque O Roi-Soleil
Ecoute ma voix
Et incarne toi dans le corps
De ton prêtre et serviteur.


Après une pause, la prêtresse :

Salut à toi O Dieu,
Voici venu le temps des récoltes
O mon Roi
Voici venu le temps du sacrifice.


Elle se lève et embrasse le prêtre, celui ci s’agenouille, tête courbée, La prêtresse poursuit :

Ô puissante Mère de nous tous ! Toi qui es l’abondance, donne-nous des fruits et des céréales, des troupeaux et des hardes, et donne des enfants à la tribu. Fais que nous soyons puissants ! Par la rose de ton amour, incarne-toi dans le corps de ta Servante et Prêtresse.


Le prêtre toujours agenouillé, embrasse le pied droit de la Prêtresse puis reprends sa position initiale.
La prêtresse emplit une coupe de vin, puis entaille le doigt du prêtre fait couler une goutte de sang dans le vin. Elle le bénis puis dit :

Père du grain, esprit du maïs
Toi qui est mort pour nous
Nous te remercions du don de toi même
Puisse ton feu brûler encore en nous
Avant ton départ.


La prêtresse boit le vin puis le passe au coven, chacun médite un instant sur les sacrifices nécessaires pour aller de l’avant, sur le sens du sacrifice du dieu .

Puis le coven s’assoit en cercle, la Prêtresse au centre demande à chacun d’écrire sur un papier ses échecs, ses peurs pour l’avenir, ou les projets que l’on doit abandonner. Quand cela est fait, les papiers sont brûlés dans le chaudron
Chacun prononce :

 

 » Dans le feu je sacrifie mes peurs, mes échecs et mes doutes. »


La prêtresse prend ensuite le « pain rituel » et le place au centre du cercle, elle demande à chacun de penser et méditer sur ses espoirs pour l’année à venir, ou des projets qui tiennent à cœur. Tout le coven pose la main émettrice sur le pain et le charge de ces espoirs. On peut aussi ériger un cône de pouvoir autour du pain pour charger celui ci.
Une fois cela terminé, chacun brise un morceau de pain et le mange en disant :

Puisse la force du soleil et de l’espoir être en moi désormais !


Le prêtre remercie ensuite la Déesse :

Grande Mère, nous te remercions pour nos récoltes personnelles et nous t’avons offert nos propres sacrifices, car sacrifier c’est aussi croître et le temps de la maturité est là ..

 

0806241148013798191 dans RITUELS

artiste : Jane Brideson

Pas de commentaire »

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

 

habenula |
clairette59 |
Simplement Aimer |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | toutvabienmercilavie
| Time is Getting Slippery
| Spirit Vs Heart